Budget 2021

26 mars 2021

La FPSS-CSQ dénonce des efforts jugés temporaires

La Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS‑CSQ) salue l’investissement en éducation présenté hier dans le budget Girard, mais s’inquiète que les mesures prévues ne soient pas récurrentes.

En effet, malgré les sommes annoncées, la ventilation de plusieurs mesures reste encore nébuleuse et fait craindre que celles-ci ne soient que temporaires. Or, les problématiques issues de la pandémie, ou mises en lumière par celle-ci ne disparaîtront pas après deux ans.

Le masculin l’emporte encore sur le féminin

Alors que le Plan québécois des infrastructures s’élève maintenant à une somme record de 135 G$, rien de concret n’est annoncé pour régler définitivement la situation précaire du personnel de soutien scolaire, alors qu’il s’agit d’une catégorie d’emploi à prédominance féminine.

« 70 % du personnel de soutien scolaire occupe un emploi précaire, et la majorité d’entre eux doit avoir un deuxième emploi pour pouvoir payer ses factures. C’est un complet non-sens alors que nous sommes en situation de pénurie de main-d’œuvre! » s’exclame Éric Pronovost, président de la FPSS-CSQ.

De la poudre aux yeux

Bien que les montants annoncés en éducation semblent généreux, il faut leur porter une attention particulière. « Prenons par exemple les 80 M$ annoncés sur deux ans pour améliorer l’état général des bâtiments dans les écoles. Divisé par le nombre d’établissements scolaires, ça représente une somme supplémentaire annuelle d’un peu plus de 12 000 $ par bâtisse. On est loin du compte » se désole, monsieur Pronovost.