4e Congrès – Les membres de l’exécutif de la FPSS-CSQ réélus par acclamation

DSC_0010La Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ), affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui regroupe plus de 27 000 membres à travers le Québec, a renouvelé le mandat de son exécutif jusqu’en 2019.

À l’issue du quatrième congrès de la Fédération qui a réuni, du 7 au 9 juin, une centaine de déléguées et délégués à Rivière-du-Loup, Éric Pronovost a été réélu président. Il vient de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries. Le Conseil exécutif est également composé de Francine Leduc, du Syndicat du soutien en éducation de la Pointe-de-l’Île (CSQ), vice-présidente aux relations du travail et à la vie professionnelle, et de Mélanie Renaud du Syndicat de Champlain (CSQ), vice-présidente aux communications, au secrétariat et à la trésorerie. Ils ont été réélus par acclamation.

Sous le thème Engagés pour notre avenir!, le Congrès a été l’occasion pour les militantes et militants présents de faire le point sur les défis que doit relever la Fédération pour défendre le personnel de soutien et le faire reconnaitre auprès de la population et du gouvernement.

Un thème porteur

Ce 4e congrès résume le travail qui sera accompli au cours du prochain triennat. « Nous avons posé les fondations sur lesquelles s’appuieront les actions de notre organisation syndicale. Plus précisément, nous avons déterminé les orientations que nous nous donnons pour faire progresser les valeurs auxquelles nous croyons, pour mener les luttes nécessaires afin d’améliorer les conditions de travail de nos membres, pour défendre le droit de nos concitoyennes et concitoyens à avoir accès à un système d’éducation public de qualité » a indiqué Éric Pronovost.

Une plus grande reconnaissance populaire à poursuivre

Avec pas moins de 81 corps d’emplois représentés dans le réseau scolaire, le personnel de soutien est essentiel pour assurer la bonne marche de notre système d’éducation. Mélanie Renaud déplore, dans ce contexte, que le personnel de soutien scolaire ne soit pas suffisamment reconnu auprès de l’ensemble de la population.

« Des efforts particuliers se poursuivront au cours des prochains mois, pour mieux faire connaître et reconnaître les tâches réalisées quotidiennement par nos membres dans leurs établissements scolaires. C’est d’autant plus important qu’en période de compressions budgétaires, le réflexe premier des administrateurs scolaires est malheureusement, trop souvent, de couper d’abord dans le personnel de soutien, sans évaluer les conséquences », déplore Mélanie Renaud.

Francine Leduc abonde dans le même sens : « Nous avons réalisé de grandes choses durant le dernier triennat parce que nous avons tous ensemble poussé dans la même direction. Voilà ce qu’il faut continuer de faire au cours des trois prochaines années. C’est de cette façon que nous atteindrons nos objectifs communs et que nous ferons grandir notre fédération. »

Éric Pronovost conclut : « Nous repartons de ce 4e congrès avec un plan de match solide entre nos mains à réaliser d’ici 2019. Utilisons-le pour guider nos actions communes au cours de ce nouveau triennat. »