La FPSS-CSQ et la FSE-CSQ de passage à Fermont

22 janvier 2020

Le Syndicat de l’enseignement de la région du Fer (SERF-CSQ) est fier d’annoncer la visite sur la Côte-Nord de Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE‑CSQ), et d’Éric Pronovost, président de la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) à l’occasion de plusieurs activités dans la région. Ils profiteront de leur passage pour aller à la rencontre de leurs membres dans le cadre de plusieurs activités liées à la négociation 2020.

Les médias pourront rencontrer Mme Scalabrini et M. Pronovost à Fermont, le 22 janvier, en présence de Monica Chiasson, présidente du SERF-CSQ, et de Sheila Leblanc, vice-présidente. Par la suite, Mme Scalabrini poursuivra son séjour vers Havre-Saint-Pierre le 23 janvier, Port-Cartier le 24 janvier en matinée, puis Sept-Îles le 24 janvier plus tard dans la journée. Mme Scalabrini sera disponible pour des entrevues, de même que les représentantes du SERF‑CSQ.

Attraction et rétention du personnel de soutien

« L’attraction et la rétention d’un personnel de soutien compétent passent nécessairement par de meilleures conditions de travail. Les membres du personnel de soutien possèdent des compétences uniques pour assumer les services liés à l’éducation. Il est primordial que l’on s’assure de conserver ces ressources précieuses », a ajouté Éric Pronovost, président de la FPSS‑CSQ.

Comprendre les enseignants

« Il est grand temps que le gouvernement écoute, entende et comprenne les enseignants. Ils en ont assez des conditions d’exercice difficiles et de la tâche de plus en plus lourde qu’ils doivent assumer, et qui les éloigne de la profession qu’ils ont choisie et qu’ils aiment. Si la pénurie de profs est le plus grand défi de 2020 en éducation, comme le dit le ministre Roberge, alors on se serait attendus à plus de sérieux de sa part dans le cadre de la négociation qui commence », a souligné Josée Scalabrini, présidente de la FSE-CSQ.

« Le personnel de l’éducation a besoin de valorisation et le gouvernement doit se mettre de la partie. Il doit passer de la parole aux actes pour faire de l’éducation une véritable priorité. En éducation, il faut que ça change maintenant! », a conclu Monica Chiasson, présidente du SERF-CSQ.