Des solutions pour contrer la pénurie de main-d’œuvre

12 mars 2019

J’ai eu l’occasion de visiter les membres des exécutifs de seize syndicats affiliés à notre fédération au cours des derniers mois. Dans le cadre de notre tournée, plusieurs irritants ont été énoncés, dont celui de la pénurie de main-d’œuvre.

J’ai fait plusieurs interventions auprès du ministre de l’Éducation, du ministère, des médias…, bref, à toutes les tribunes où j’ai eu la chance de m’exprimer. Je sais que les besoins de main-d’œuvre sont criants dans plusieurs classes d’emplois.

Sous pression et concurrence

On m’a bien indiqué que c’est le personnel offrant des services directs aux élèves qui subit la plus grande pression du manque d’effectif. Selon les régions, les secteurs manuel, administratif, technique et paratechnique font face à la concurrence du secteur privé et d’autres emplois de la fonction publique.

Les journalistes des médias ont toujours la même question : pourquoi?

Réduire la précarité

C’est clair que si l’on attribue à une travailleuse ou un travailleur un nombre d’heures suffisant, et que cette personne reçoit un salaire intéressant qui lui permet de payer ses factures, elle va rester en poste. Si la commission scolaire ne lui offre que 13 heures par semaine, elle n’aura pas le choix de fréquenter les banques alimentaires, de surcroît si son salaire n’est pas satisfaisant.

Il est temps qu’on arrête de n’offrir que de petits postes. Les besoins du milieu de l’éducation sont criants. Soyons créatifs, les gens du milieu ont une foule d’idées.

Améliorer les conditions de travail

Mon père m’a toujours dit qu’il faut aimer ce que l’on fait! Nous travaillons le tiers de notre vie; si nous sommes malheureux dans ce que nous faisons, il faut changer le milieu de travail. Trop souvent, on ne vous reconnait pas votre temps de planification. Trop souvent, on vous rajoute du travail sans augmenter les heures ni les ressources. Vous finissez par travailler lors de vos pauses, sur l’heure du midi, avant et après votre journée normale.

Valorisation

Mais au bout de tous ces efforts, êtes-vous valorisés? Est-ce que l’on vous dit que vous faites une bonne job? Vous essuyez trop souvent des reproches ou du mépris. Il faut continuer de démontrer votre importance, de dire que l’éducation, c’est aussi vous, le personnel de soutien scolaire.

Éric Pronovost, président