L’implication syndicale m’a ouvert des portes insoupçonnées

18 avril 2017

 

Lorsque j’ai accepté d’être déléguée syndicale dans mon établissement, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Je savais que je défendrais les membres, mais le reste était un peu flou. C’est lorsque j’ai assisté à ma première réunion des personnes déléguées que j’ai mieux saisi mon rôle. Au départ, je me disais que ce ne serait que temporaire. Ça fait maintenant 20 ans que je m’implique syndicalement, et je ne peux qu’apprécier cet engagement.

Au début, je n’avais que peu de réponses aux questions. J’ai répété souvent : « Je vais vérifier avec le syndicat. » Puis, les sujets se sont enchaînés, et j’ai mieux saisi les enjeux et la façon d’intervenir.

J’ai eu la chance d’être guidée par plus d’une personne. Chaque rencontre, j’en apprenais un peu plus. Finalement, tu te laisses emporter et tu veux toujours en savoir plus. J’ai vraiment commencé à apprécier mon rôle quand je me suis aperçue que je pouvais apporter des améliorations aux conditions de travail de mes collègues. Trop souvent, les gens ont des droits qu’ils ne défendent pas. La plupart du temps, c’est qu’ils ne les connaissent pas.

Il m’est arrivé de penser quitter cette fonction, car cela demande du temps. Mais, avec le recul, quand je pense à toutes ces années d’implication, je suis reconnaissante envers tous ceux et celles qui m’ont fait suffisamment confiance pour me confier ce rôle et, maintenant, ensemble, nous faisons avancer les choses! Nous continuons de défendre le personnel de soutien scolaire et nous travaillons sans cesse à la valorisation de notre travail.

Lorsque mes enfants ont appris à nager, ils n’ont pas commencé par le plongeon. Graduellement, chaque fois qu’ils entraient en contact avec l’eau, ils apprivoisaient ce nouvel environnement. Rapidement, ils ont sauté à l’eau et n’y ont eu que du plaisir. À votre tour de faire le saut!

Mélanie Renaud
Vice-présidente aux communications, au secrétariat et à la trésorerie